amérique du sud 1

COLOMBIE


07/06 Bogota 27 h après avoir déposé nos side-cars à Panama, nous les récupérons à Bogota, non sans avoir patienté 3 h à douane !
Service efficace de Cargo Pack qui s’est occupé de tout avec, en plus, un accueil souriant (à comparer avec les tracas et les 7 à 10 jours d’un transfert maritime en container, ça vaut largement le prix !). Il fait nuit quand nous remettons le contact ; aussi, peu désireux de tourner dans cette grande ville, nous prenons le premier hôtel venu, du grand luxe avec parking gardé, portier, groom, etc à 240 000… pesos la nuit, mais avec le petit-déj. Inclus ! Bon d’accord, nous nous contentons d’un hot-dog chez un marchand ambulant, souriant, à 8 000 pesos !
08/06 Purification 42226 kmj 217 TTC 15705 km Nous quittons Bogota sans regret, grande ville tentaculaire qui a englobé les villes et villages alentours : 3h d’embouteillage monstre pour en sortir par une autopista à péage mais gratuite pour les motos et les sides ! La route traverse la montagne qui me fait penser aux alpes, les sapins en moins.
Puis elle regagne une plaine sans grand intérêt par une belle gorge. Petit détour par Girardot mais nous avons pas vu Annie ! Purification (le nom nous a inspiré!) est une petite ville au milieu de rizières. Petit hôtel beaucoup plus simple que celui de Bogota mais plus à notre goût ! Les colombiens rencontrés sont très chaleureux et très enthousiastes de notre trip. Même les flics, nombreux, nous arrêtent pour parler de nos motos sans oublier de nous serrer la main et les soldats nous encouragent d’un pouce levé, bonjour la moyenne du jour : 32 km/h !



09/06 désert de Tatacoa.  kmj 198 TTC Nous quittons les rizières pour une large plaine encadrée par deux massifs montagneux de cette chaîne de montagne que nous longeons ou traversons depuis l’Alaska et que nous continuerons à traverser ou longer jus qu’en Patagonie. Belle route souvent bordée d’arbres qui se rejoigne au dessus de la chaussée. Nombreux péages même sur les nationales mais gratuit pour les motos... et les sides. Un gué infranchissable nous contraint à un détour de 100 km mais les premières vues du désert de Tatacoa nous récompense de ce détour. C’est au camping Sol de verano que nous nous installons.
10-11/06 désert de Tatacoa. Quelques millimètres de pluie par an parait-il, alors ils sont tombés cette nuit ! Ciel nuageux ce matin.

Balade pédestre dans le désert, partie rouge : belles concrétions de sable sculptées par l’eau et le vent. Puis révision des motos.
12/06 La Plata  kmj 185 TTC 16083 km. Balade pédestre dans le désert de Tatacoa, partie grise :
jolies concrétions dans des canyons étroits, piscine saugrenue construite dans un de ces canyons.
Nous prenons ensuite la route, une belle route de montagne, moité piste, moitié goudronnée, très étroite. Nous y rencontrons des policiers qui nous arrêtent pour regarder nos motos et faire la traditionnelle photo ! Et toujours sur la route, cet accueil chaleureux des colombiens qui viennent voir comment nous aider dés qu’on s’arrête. Etape à La Plata dans un hôtel bon marché indiqué par nos « amis » policiers : Los Balcones de la Pradera, très bien.
 
13/06 Coconuco  kmj 195 TTC 16277 km. Journée aventure ! Nous partons de bonne heure. La belle route bétonnée se transforme vite en mauvaise piste !

Non fléché, nous ratons l’embranchement ce qui nous permet de découvrir une jolie ville perdue en pleine montagne. Des habitants et le GPS nous remettent sur le bonne piste, mais c’est pour tomber sur un barrage de manifestants anti gouvernement qui nous bloquent une bonne heure avant de nous laisser passer.
Là, la piste est encore bonne !
La suite ferait un bon reportage pour l’émission « les routes de l’impossible » : la pluie a provoqué de nombreux éboulis que des pelle-mécaniques essayent de nettoyer : une vingtaine de kilomètres de gadoue sur une route étroite à flanc de montagne. Epique mais nous sommes passés ! La route culmine à 3200 m et nous retrouvons le béton pour la fin du parcours. Le retard pris et les embouteillages à Popayan nous font renoncer à aller voir le centre ancien, tout blanc parait-il.
Nous trouvons une petite hospedaje dans un village à 2300 m d’altitude, pas de wifi bien entendu.

14/06 Villagarzon kmj 273 TTC 16550 km. Journée humide ! Nous quittons Coconuco pour grimper dans le massif montagneux jusqu’à 2900 m. Nous restons autour de cette altitude pendant une centaine de km.
La route devient une mauvaise piste pleine de trous et nous mettons plus de deux heures pour franchir 35 km. La pluie nous tient compagnie une bonne partie de la journée. Heureusement les paysages sont sauvages et la jungle équatoriale nous enserre de sa végétation luxuriante du petits buissons jusqu’au grands arbres. Bizarrement, la route est une succession, sans raison apparente, de parties bétonnées et de pistes caillouteuses défoncées par les gros camions.
15/06 Santa Rosa  kmj 342 km TTC 16892 km. Journée humide 2 ! Départ sous la pluie qui nous accompagnera toute la journée sauf pour le passage en Equateur.



Passage de la frontière sans problème si ce n’est 1 heure d’attente pour cause de repas de midi !

Route de plaine pour commencer qui, de nouveau, s’élève dans les montagnes par une superbe vallée : elle monte, elle descend, elle tourne, contourne dans un paysage luxuriant de forêt amazonienne, différente de la jungle précédente par ses arbres gigantesques qui dominent le reste de la végétation. Les maisons en bord de route sont de simple cabane en planche plutôt pauvre d’aspect. Les villes traversées sont constituées de maisons à un étages avec des magasins aux devantures hautes en couleur comme en Colombie.
Etape dans un petit hôtel sympa dans un petit village de montagne (1400m d’altitude) où tout le monde nous accueille chaleureusement.
 
16/06 Pifo kmj 120 TTC 17012 km. Nous démarrons sous la pluie pour une étape courte mais belle ! La route remonte une vallée étroite dominée par des montagnes dont on ne peut voir les sommets cachés par le brouillard mais qui doivent être très haute.
Mondovich gravit avec courage, en deuxième à 40km/h, des pentes allant jusqu’à plus de 15 % (à l’œil!) pour atteindre un col à environ 3500 m d’altitude, vue la végétation rase, avant de replonger, littéralement, jusqu’à Pifo, 2500 m. Impressionnant ! Sans le savoir, nous avons franchi l'équateur, ce cercle imaginaire qui sépare le globe terrestre en deux hémisphères ; nous voilà donc dans l'hémisphère sud !
Hôtel simple et pas cher en bord de route et avec une navette pour l’aéroport. Reste à trouver où parquer les motos pour 5 mois !
17-18/06 Pifo  grande révision des motos avant leur stockage à Quito chez un motard sympa qui nous offre un coin de son garage. Départ en avion demain à 17h35. Fin de cette deuxième étape. Rendez-vous dans quelques mois (octobre ?) pour la troisième partie, la plus attendue à mon goût : les Andes jusqu'à Ushuaia !

Un grand merci à tous ceux qui m'ont suivi et encouragé par leur message amicaux !
La Sierra, début de la Cordillère des Andes

Commentaires

  1. super voyage !! est ce qu'il serait possible d'échanger avec toi pour avoir plus d'info sur l'organisation de ton voyage , comme l'envoie du side au canada ...
    en attendant bon voyage, bonne route

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de problème pour te donner des infos. Contacte moi sur ma boite mail christian.bouteille@wanadoo.fr

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Saison 2 : Mexique

Equateur - Pérou

Bolivie, Chili