Saison 2 : Mexique

MEXIQUE


25/04 El Golfo de Santa Clara  kmj 399 TTC 5859 km Nous quittons Gila Bend par une route ennuyeuse droite et en plein désert, sans charme ! A quelques kilomètres de la frontière Mexicaine, elle nous offre une petite distraction en traversant le Organ Cactus National Monument, un parc où poussent de grands cactus cierges.

"A 10 miles, le bout du monde, à12 m Ajo !" Réaliste l'habitant !
 
 Frontière passée sans problème, même pas un tampon sur le passeport ! Mais aucun changement de paysage jusqu’à Puerto Penasco, grande ville qui se développe au tourisme balnéaire américain (grands hôtels et terrain de golfe!) sur le golfe de Californie ou mer de Cortès pour les mexicains. Après Puerto le paysage change : on a l’impression de rouler sur une immense plage de sable et buissons rabougris. A gauche, à quelques centaines de mètres ou plus, la mer d’un bleu superbe, à droite le désert de sable avec quelques dunes à perte de vue ! Etape en bord de mer dans un petit village tranquille encore épargné par les touristes balnéaires (faut dire qu’il est loin de tout!)
Sans nous en rendre compte, nous avons franchi le tropique du Cancer : même pas mal !!

26/04 Quelque part sur la côte de la mer de Cortès ! kmj 442 TTC 6301 km Nous reprenons notre voyage sur la « plage » puis la route traverse l’estuaire du Colorado, région plus fertile avec de nombreux champs. Nous retrouvons le désert en longeant la côte Est de la Baja California.
A part San Felipe ; grande ville qui s’ouvre au tourisme, nous ne ne verrons que des petits villages de pécheurs ou des « campos » regroupement de quelques maisons d’amoureux du désert et de la mer. C’est dans un de ces campos que nous trouvons un restaurant ouvert qui accepte qu’on campe sur la plage.
27/04 Guerrero Negro kmj 256 TTC 6557 km Nous quittons la mer de Cortès (pas le choix !) pour rejoindre la Pan Américain au centre du pays.
Nous la retrouvons après une trentaine de kilomètres de piste caillouteuse. Côté Pacifique, l’air est nettement plus frais avec une température d’environ 22°C. Par contre coté paysage, c’est désertique sans intérêt : paysage aride, rares villages pauvres, circulation plus importante avec beaucoup de camions. 
Seule exception, la traversée d’une région de cactus. Etape à Guerrero Negro, petite ville quelconque en bord du Pacifique qui vit du commerce du sel. Les prix sont nettement plus abordables qu’au USA et les mexicains plus souriants !


28/04 Mulege  kmj 293 TTC 6850 km Après un départ frisquet de la côte Pacifique, on retrouve la chaleur coté mer de Cortès après avoir franchi la chaîne de montagnes séparant la Baja California du nord au sud. Paysages désertiques qui finissent par être lassant. Une belle oasi avec grands palmiers et cours d’eau à San Ignacio. Santa Rosalia petite ville avec de nombreuses friches industrielles, triste. Entre les deux, de nombreux cônes volcaniques dont « les trois vierges » le plus haut mais aucun panache de fumée ! Les rares villages traversées sont pauvres avec de petites maisons encombrées de carcasses de voitures et autres dépôts. Mulege est une petite ville en bord de mer dans une jolie oasis.



29/04 Ciudad Constitution  kmj 355 TTC 7205 km Belle route pour la moitié du parcours en corniche d’une montagne rouge sombre qui plonge dans le bleu azur de la mer. De nombreuses criques avec de belle plages et quelques paillotes.
Pause à Loreto où nous rencontrons un moto club aux motos très éclectiques : de la petite 250 Yam à la grosse Harley, séance photos, discussion..


Nous quittons la mer pour aller voir un petit village construit autour d’une mission fondée en 1569 ; San Javier, joli et tranquille .



Belle route de montagne où nous dépannons un automobiliste ayant perdu une roue. La seconde moitié du parcours traverse une vaste pleine cultivée sans grand intérêt mais pas d’autre choix.
 




30/04 La Paz 34494 kmj 289 TTC 7494 km Etape de transition sans grand intérêt, nous devons rallier La Paz pour prendre le bateau pour traverser la mer de Cortès. Mauvaise surprise en arrivant au port, il nous manque un papier que la douane a oublié de nous donner à notre entrée au Mexique !
Nous devons remonter à Tijuana pour le récupérer ; quelques 1500 km pour revenir sur nos pas et autant pour le retour ! Seule solution : l’avion !

 Nous prenons un hébergement à l’hôtel Yekena dont le patio est une accumulation d’objets hétéroclites entassés depuis la création de l’hôtel, il y a… 65 ans, surprenant !



01/05 La Paz – Tijuana – La Paz 2x2h de vol. Nous trouvons à l’aéroport l’organisme de l’immigration ; en 30 minutes nous avons le document manquant. Il nous reste 11h à attendre l’avion du retour ! En face de l’aéroport le fameux mur qui sépare le Mexique des USA.
Location d’une voiture et virée dans Tijuana : petit centre ville commercial et beaucoup de faubourgs pauvres autour, sorte de favellas.


Nous retrouvons le mur qui se termine dans la mer. De l’autre coté, un groupe d’hommes revient vers le mur suivi par des gardes à cheval et un 4x4, peut-être des migrants clandestins reconduits à la frontière. Coté mexicain des gens regardent au travers des grilles : curiosité ou rêve d’eldorado ? Malaise. Retour à l’aéroport et à La Paz.




02/05 La Paz – Los Mochis 
Petit camion !




kmj 62 TTC 7556 km. 2bonnes  heures pour faire tous les papiers de douane, 1h pour passer à la douane, peser les motos et acheter les billets et nous avons enfin pu monter sur le bateau !
7h plus tard nous débarquons à Topolampo, le port de Los Mochis qui est une grande ville avec de grands hôtels chics. On tourne un peu au hasard et nous tombons sur l’hôtel Montecarlo, vieux bâtiments façon colonial et pas cher. Repas de tacos à l’estancot de l’autre coté de la rue et dodo !
 
Pour la petite histoire : premier hôtel, tarif à l’heure, désolé on n’est pas accompagné ! Deuxième hôtel 130 €, désolé on n’a pas le moyen. Le troisième fut le bon 26 €

03/05 Mazatlan  kmj 438 TTC 7994 km Nous quittons Los Mochis, grande ville moderne entourée de quartiers populaires mais propres (rien à voir avec les « favellas » de Tijuana!). Le paysage est totalement différent de la Baja : grande plaine agricole, essentiellement des champs de maïs et quelques arbres autour des fermes. Quelques vallons et petites montagnes coupent cette monotonie. Mazatlan grande ville balnéaire nous héberge à des tarifs touristiques !
 
04/05 Tepic kmj 281 TTC 8275 km Le paysage change encore ; vallonnée avec des montagnes à l’Est et la mer à l’Ouest quand on la longe ! Plantation de manguiers, verdure plus importante, circulation intense.
Suite à des louvoiements bizarres, on constate la casse de 8 rayons ! Débuts des galères. A l’arrêt suivant, bruit dans l’embrayage au démarrage !  
A l’étape, rencontre d’un motard qui possède un side de type Ural importé de Chine.
 
05/05 et suivant ! Puerto Vallarta  kmj 167 TTC 8442 km Et la galère continue, le petit bruit
devenant plus important, Michel se décide d’aller voir dans l’embrayage Quelques heures de travail plus tard, le triste résultat est là : cannelures des disques d’embrayage et axe de boite usée. Pas de magasin Ural au Mexique, il va falloir faire venir les pièces de l'étranger. Nous voilà immobilisés pour quelques jours. Et pourtant la route était belle : nous sommes en bord de mer, le paysage alentour, fait de petites montagnes verdoyantes, est joli surtout après le désert des jours précédents !


10/05 Puerto Vallarta Les pièces sont là. Michel est allé les chercher en avion à Salem, à coté de Portland, moins cher, plus sûr et plus rapide que par un transporteur.
coucher de soleil sur baisse de moral !










hôtel Sol, 7 jours !

 
11/05 Puerto Vallarta Remontage (embrayage, boite et Flector 7h !) et essai concluant, nous pouvons repartir demain ! 

















Un grand merci à Linda pour son accueil chaleureux et compréhensif dans son petit hôtel. Une fois de plus la galère nous a permis de découvrir des gens sympa. Mais faudrait trouver une autre manière de rencontrer des gens !!




12/05 Tizapan el Alto  kmj 383 TTC 8825 km Nous quittons le bord de mer pour aller au plus rapide à Palenque afin de rattraper notre retard. Belle route de montagne avec des pins aux longues aiguilles et des magnolias gigantesques, côté mer, plus aride coté terre. Nous traversons de jolis villages aux maisons d’un étage maxi et aux ruelles étroites, d’autres sont plus pauvres.
Nous rejoignons la plaine et longeons le lac de Chapala, très grand et qui me rappelle le lac Léman : d’un côté la montagne y plonge et les villages sont disposés le long du rivage, de l’autre le relief est plus doux et les villages plus étendus. Peu touristique, les hôtels y sont rares mais nous en trouvons un très correct et pas cher. Mondovich est en pleine forme malgré la chaleur et les routes de montagnes !

Profitant de la fraîcheur du soir et nos estomacs criant famine, nous allons sur la « grand’place » du village très animée en ce samedi soir : nombreux stands de tacos, musique à fond dans chaque voiture qui passe, mais pas de bar où boire une bière. Un policier nous indique qu’il y en a dans une « cantine » un peu plus loin mais pas sur la place. Nous y allons et découvrons qu’il s’agit en fait d’un bar sordide avec entraîneuses ! On refuse les filles mais on boit volontiers une bière bien fraîche !
 

13/05 Tizayuca  kmj 545 TTC 9370 km. Etape de liaison par l’autoroute pour rattraper un peu du retard. Heureusement le paysage est variée grande plaine agricole entourée de hautes montagnes, grand lac en partie asséché, le lac de Cuitzeo.

Nous quittons l’autoroute pour nous diriger vers le cite précolombien de Teotihuacan et trouver un hébergement. Les ennuis continuent ! Un vilain clou vient se ficher dans la roue arrière de Mondovich. Changement de la roue, changement de la chambre car la valve s’est arrachée, réparation. Nous trouvons un petit hôtel sympa dans cette petite ville. Soirée fraîche, normal on est à plus de 2200m d’altitude !

14/05 Orizaba kmj 314 TTC 9684 km Levé de bonne heure pour aller visiter le site aztèque de Téotihuacan avant l’arrivée des touristes et effectivement, il n’y a pas grand monde !

Nous escaladons péniblement (on est à 2200 m d’altitude !) les 52 m de la pyramide du soleil pour admirer la vue sur l’ensemble du site construit entre l'an 150 et 450 ans. Impressionnant de fouler des pierres qui ont un tel âge !
Nous reprenons notre route vers Palenque, toujours par l’autoroute, plus rapide et surtout sans tous ces "topes", ralentisseurs très prononcés, impossibles à franchir à plus de 10km/h et qui marquent tous les carrefours, écoles, commerces et autres lieux ce qui fait qu’en ville il y en a deux tous les 100 m. 
 Alors qu’on se croyait dans une vallée, la route amorce une descente brutale qui nous fait perdre plus de 1000m en quelques kilomètres, végétation très verte et dense. On se croirait un peu dans les hautes alpes, versant italien. Etape dans une petite ville dans une vallée encaissée.


15/05 Tutsla Gutierres 37170 kmj 573 TTC 10257 km Dernière étape de liaison pour arriver au plus vite dans les Chapias : autoroutes et grandes routes payantes mais sans ralentisseur ! Nous traversons d’abord une grande plaine agricole puis le paysage change petit à petit et devient plus vert avec une végétation luxuriante de grands arbres, de palmiers et même quelques bananiers avec des près où paissent des vaches. Nombreuses plantations d’ananas qui sont proposés en jus pressé devant vous sur le bord de l’autoroute !
On quitte la plaine pour une région de petits mamelons avant de pénétrer dans les montagnes des Chimalapas : Belle route de montagne, payante elle aussi ! Nouvelle crevaison de Mondovich ; en fait on découvrira que c’est la rustine d’hier qui n’a pas résisté à la pression due à la chaleur, 41°C ! On n’a pas trouvé de trou au démontage. Tutsla est une grande ville où nous trouvons un hôtel un peu en dehors du bruit de la ville. Rencontre du jour sur la route : un marchand de glace en side-car qui s’arrête pour bavarder un peu et nous offrir deux glaces, lait de coco.
16/05 San Cristobal de las Casas 31183 kmj 100 TTC 11357 km Nous pénétrons dans les Chapias, massif montagneux culminant à quelques 3000 m, par une belle route qui franchit un col à 2300 m.


Nombreux petits villages et hameaux pauvres d’agriculteurs qui travaillent sur des versants très escarpés. En redescendant, présence de nombreuses serres. Installation à l’hôtel puis visite de la ville ancienne formée de rues se coupant à angle droit et de petites maisons sans étage et très colorées.


Nous y déambulons au hasard parmi l’incessant passage de voitures : quelques belles rues piétonnes, une grande place très animée et de beaux bâtiments en restauration.





17/05 Palenque 37375 kmj 225 TTC 10582 km Mauvaise route (mauvais états et nombreux ralentisseurs) au travers du massif des Chiapas mais beaux paysages de montagnes et de végétation qui me fait penser à la jungle : nombreuses variétés d’arbres, de lianes entremêlées, impénétrables.
Les habitants y font des coupes puis brûlent ce qui reste pour y planter du maïs et autres cultures. Petit détour pour aller voir les superbes cascades de Agua Uzul, l’eau bleu, qui ne l’était pas trop vu le ciel nuageux.



Etape dans une « cabane » à l’entrée du site de Palenque ; il s’agit de maisons rustiques en pleine jungle : un point lumineux, une salle de bain avec un filet d’eau et un gros ventilateur bruyant ! Grosse chaleur humide !

18/05 Palenque Visite du site archéologique maya. Pas de pyramides grandioses comme à Téotihuacan mais plusieurs petites pyramides surmontées d’un bâtiment, à l’exception du grand ensemble gouvernemental situé au centre du site.

Autre particularité, le site est au milieu de la jungle qui lui fait un écrin de verdure. Bien qu’il soit de bonne heure, la chaleur et le taux d’humidité sont importants, transpiration assurée même sans bouger ! Nous revenons à notre « cabane » trouvé une fraîcheur relative avec le gros ventilateur et le maigre filet d’eau de la douche !
19/05 Quelque part à 56 km de Chetumal  kmj 448 TTC 11029 km Nous quittons la jungle de Palenque pour une vaste plaine agricole : élevage de bovins et plantation de palmiers à huile. Route sans intérêt, bordée de petites maisons à toit en taule ondulée, plutôt pauvres ; quelques rares villes sans charme non plus. Bref nous nous approchons du petit pays Belise. Hébergement dans un joli petit hôtel, en borde de route, accueil sympa.

La suite dans Amérique Centrale

Commentaires

  1. Génial vous avez reparé !
    Bises et bonne route

    RépondreSupprimer
  2. Hello Christian. Ici le mercure peine à monter sur le thermomètre. Tes récits nous font rêver......sauf pour les pannes!!!! Bises bretonnes.

    RépondreSupprimer
  3. Salut Christian,
    Vis ton rêve et fais nous rêver également par la même occasion......
    Ce que tu fais très bien jusqu'à présent....
    L'aventure est si belle et qu'importe de quoi sera fait demain....
    Il sera toujours temps d'y penser le moment venu !!!!
    Bises et GAZZZZZZ !!!!!!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Alaska

Saison 2 : USA