Canada III

La ruée vers l'ouest !

 

Quelques 7000 km avant la plage sur l'océan arctique et la mer de Beaufort !

13/07 : Ste Thérèse : (11 km TTC 8496 km TTC = Tout Trajets Confondus !) révision du Ural, festivité chez Ducati pour Michel.

14/07 : Ste Thérèse – Sénneterre (558 km TTC 9054 km). Préférant les paysages aux grandes cités urbaines, nous prenons la Transcanada qui passe par le Nord. Pendant une centaine de kilomètres ce n’est qu’une succession de petites villes et villages quasi ininterrompue.

Mont Tremblant, belle station de ski au pied de… collines ! Chacune a sa remontée mécanique et sa piste de ski toute droite souvent équipée d’éclairage pour skier de nuit (les jours sont courts l’hiver sous ses latitudes !).
Puis les espaces augmentent et les paysages du Nord réapparaissent : Belle route slalomant entre les collines couvertes de forêts, lacs de différentes tailles enchâssés dans leur écrins de sapins majestueux plus touffus que les maigres épinettes du Labrador. De nombreux noms rappellent l’origine française des premiers occupants (Mont Blanc, Mont St Michel, ...)




A Sénneterre, Michel retrouve un ami de jeunesse qui nous invite à passer la nuit dans son « camp », petite cabane au fond des bois à 50 km de piste de la ville, où il passe ces week-ends à chasser, « trapper » l’ours, l’orignal, etc.






 





 La vue depuis la cabane du camp !






 Repas à la pourvoirie du lac Faillon surnommée la petite Californie à cause de sa belle plage de sable étonnante au bord d’un lac !








15/07 ; Sénneterre – Kirklang Lake (328 km Tot 886 km TTC 9382 km). Départ tardif de chez Philippe et Nathalie mais la route est bonne et la moyenne soutenue ! Coté temps : c’est toujours du grand beau et chaud avec trois gouttes de pluie arrivé à l’hébergement, un motel le Super 8 !
Coté paysage : des forêts, un lac, des forêts, une rivière, des forêts, un village,… etc. Seul intermède, coup d’oeil sur la gigantesque mine d’or à ciel ouvert à Malartic : même les énormes camions déjà vus dans les mines de fer du Labrador paraissent petits au fond de l’impressionnante cuvette ! Sont fous ces canadien !!



 On quitte le Québec pour l'Ontario







La route 66... au Canada !











16/07 Kirklang Lake – Longlac ( 571 km Tot 1457 km TTC 9953 km). Temps magnifique mais frais qui se réchauffe l’après-midi. Belle route toute en lignes droites, Forêts de feuillus, à la place, des lacs des près et des champs cultivés. Ca change !
Les maisons sont moins pimpantes qu’au Québec, pas toujours en très bon état ; les pelouses sont bien tondus mais pas de décorations. Le niveau de vie semble moins élevé..




Un monument en l'honneur du voyageur de la Missinalbi, rivière importante dans les échanges commerciaux au siècle dernier, classée et protégée




 Orignal attaqués par des loups.

Hébergement dans un camping peu avant Longlac, au bord d’un lac où nous retrouvons nos "amis" les moustiques !

17/07 Longlac – Ignace (18034 565 km Tot 2022 km TTC 10518 km). On roule, on roule ! Toujours beau temps avec les 3 gouttes de pluie en arrivant, que du bonheur ! Seul point particulier : la route longe, peu avant Thunder Bay, le Lac Supérieur, très grand et agité comme une mer !! Etape dans un motel à Ignace ! 




On a encore perdu une heure : 7 h de moins qu'en France !













Profession de foi !!












18/07 Ignace – Warren au nord de Winnipeg (520 km Tot 2542 km TTC 11038 km). A mi parcours, nous quittons l’Ontario pour le Manitoba.



Différence notable : le paysage change complètement. Plus de massifs montagneux couverts de sapins, feuillus et épinettes, ni de lacs et rivières, ils font place à une immense plaine agricole de près occupés par des vaches, des champs de céréales et de colza à perte de vue ; route droite pendant des dizaines de km : passionnant !!




Nombreux panneaux pour la sécurité routière, la vitesse, l'alcool, le téléphone au volant, la fatigue, .... etc Bref, de quoi lire pour ne pas s'ennuyer !



Hébergement dans un camping grand luxe à Warren. Parti sous un ciel nuageux nous arrivons sous un magnifique soleil !

19/07 Warren - Kelliher (19024 558 km Tot 3100 km 11596 km). Journée copiée-collée de celle d’hier : la plaine sans limite, les champs immenses, le ciel, la route interminablement droite .


Seul événement de l’étape, nous quittons le Manitoba pour passer dans le Saskatchewan ! Regardez une carte : même ses frontières sont des lignes droites qui forment un rectangle ! Etape dans le camping municipal ouvert spécialement pour nous dans un petit village perdu au milieu des champs.



 
20/07 Kelliher – Kindersley (19399 408 km Tot 3508 km TTC 12004 km) « Un jour sans fin » Comme dans le film on a l’impression de revoir le même scénario : une route toute droite, des champs à perte de vue vert, parfois jaune avec au milieu un petit bosquet d’arbres dans lequel se cache la ferme et ses gigantesques engins à la taille des surfaces à traiter.

 



Tout est impressionnant de grandeur au Canada. Ils vont même jusqu’à déplacer des maisons comme le convoi qu’on a croisé ! Sont fous ces canadiens !
Et vous avez vu la route derrière ? Pas le moindre virage à l'horizon !



..... ni le moindre arbre !

21/07 Pas de roulage aujourd'hui car grande révision du Ducati. Tout est en ordre, nous repartons demain pour le parc Banff, superbe parait-il. Nous entrerons enfin dans les Rocheuses !

 

 22/07 Kindersley – Canmore (562 km Tot 4070 TTC 12566 km) Très beau temps. Nous repartons dans les longues lignes droites sur la plaine infinie de champs qui se deviennent des pâtures à vaches au milieu desquelles on voit de plus en plus de puits de pétrole
 On verra même un élevage de bisons. On quitte le Sakatchawan pour l’Alberta.




Le paysage devient de plus en plus vallonné et varié en approchant de Calgari et des Rocheuses. Calgari, grande ville olympique dont on aperçoit encore certains aménagements (les tremplins).






Après des jours et des centaines de kilomètres de mornes plaines la vision de cette montagne est jouissive ! On la pénètre avec délectation par une route à 4-voies, signe de hauts lieux touristiques, jusqu’à Canmore où nous faisons halte dans un campground des plus rustiques, à coté de la 4-voies mais complet : pas d’eau, que des toilettes sèches pour un prix exorbitant 33$ par tente que l’on doit mettre dans une enveloppe pour s’enregistrer !!! Canmore ressemble à une station de ski alpine par le styles des immeubles, le nombre de magasins, bars, resto et la population ! On repart demain !!

23/07 Canmore – Hipton (435 km Tot 4505 km TTC 13001 km) Départ de bonne heure sous un ciel menaçant.



Lac Louise et lac Moraine : beaux lacs de montagnes très touristiques, beaucoup de monde malgré l’heure matinale.










Route des glaciers : superbe route de montagne. Elle serpente dans une large vallée glacière au fond bien plat entre des restes de glaciers suspendus sur les hauteurs, des pics rocheux impressionnants où restent accrochés quelques névés, des lacs aux couleurs émeraudes surprenantes comme le grand lac Bow. Paysage grandiose pas aussi beau et varié que les Alpes (Hautes Alpes, Les Dolomites, Tyrol) mais plus sauvage car on fait des kilomètres sans voir la moindre habitation. Bizarrement malgré la hauteur apparente des sommets, aucun n’est totalement enneigés comme la plupart des hauts sommets alpins. A Jasper, nous quittons les Rocheuses et leurs parcs nationaux hors de prix pour redescendre dans la plaine.

Un troupeau de caribous nous dit au-revoir !

 La pluie nous contraint à un repli stratégique dans un motel à Hipton.








Fin de la rué vers l’ouest « à la poursuite du soleil » (clin d’oeil à Alain Arnaud qui fut un de mes « créateurs de rêves » Merci Alain !) et cap sur le Nord et Inuvik.

24/07 Hipton – Fort St John (551 km Tot 5056 km TTC 13552 km). Sous une pluie fine, nous quittons petit à petit les Rocheuses par une belle route vallonnée pour retrouver… la plaine avec ces champs jaunes de colza et de céréales, mais sous le soleil !!! 

Rien à ajouter à part quelques noms de village amusants : Grande Prairie, Doigt Coupé, Grande Cache... En arrivant le Ural se met à faire un bruit inquiétant ; diagnostique « ça vient de l’alternateur », démontage, analyse «  pas de vis de l’amortisseur de couple mort !!?? ». reste plus qu’à le souder ce qui sera fait le lendemain.



25/07 Fort St John. Soudure par un pro qui ne veut même pas qu’on le paye tellement il est heureux de « contribuer à la poursuite de notre aventure ».

Remontage, essai, OK ! Mais il est
trop tard pour prendre la route donc on en profite pour faire de la grosse maintenance : Vidange et kit chaîne sur Moultipass et pneu arrière sur Mondovich. Fin prêt !


L'objet du délit !






26/07 Fort St John – Quelque part après Fort Nelson ! (525 km Tot 5581 km TTC 14077 km) Belle route, la seule vers l’Alaska, au milieu de petites montagnes bien sauvages, pas de maisons en dehors des villages traversés (un tous les 100 km environ !). Temps chaud et beau (18 à 26°C) mais un bel orage peu avant l’arrivé.Nous passons de l'Alberta dans la British Colombia.





Hébergement dans une hutte façon trappeur à Tetsa River Lodge, très agréable. Mondovich a retrouvé sa forme !







27/07 Qq part après Fort Nelson – Qq part après Watson Lake (427 km Tot 6008 km TTC 14504 km) Superbe route au milieu des montagnes et des forêts le long d’une vallée glacière ; jolilacs. Beaucoup de véhicule de touristes et de motards.





Nombreux animaux vus : ours, bisons, « bouquetins » blancs (?).

Passage de la British Columbia au Yukon.








Etape au Upper Liard Motel, simple et pas cher au bord de la rivière Liard.












 Rencontre d’un retraité mexicain, Hector, en Gold Wing, amateur de photos d’animaux (on se retrouvait à chaque arrêt photo ! Il s’arrête avec nous au même motel. Longue discussion sur nos voyages respectifs.













28/07 Qq part après Watson Lake – White Horse (22100 442 km Tot 6450 km TTC 14946 km) Belle route le long d’une large vallée entourée de montagne ; grands lacs. Temps frais 8-12 °C, gris et humide.
Hébergement dans un backpacker, sorte de petite auberge de jeunesse ; petite chambre de 6 lits superposés mais pas cher !




Kerns symboliques pour délimiter un territoire amérindien (?) souvent vus au bord des routes.














 "Vieille église" (1900) en bois à White Horse, transformée en musée !








29/07 White Horse – Dawson City (553 km Tot 7003 km 15499 km) Et encore une route large dans un paysage de moyennes montagnes couvertes d’épinettes, des lacs, des rivières dont le fleuve Yukon sous un ciel mitigé : soleil et nuages !


Cela pourrait être lassant si ce n’était pas aussi varié dans les formes, les couleurs et surtout avec la vision de l’objectif à atteindre : Inuvik et la Damster Hiway. Toujours aussi surprenant, ces étendues infinies sans la moindre maison, même le long de la route où des dizaines de km séparent les pompes à essences. La ville a conservé son style « ruée vers l’or » ; on est en plein Klondike et les images de Jack London me reviennent à l’esprit !


Hébergement à Dawson City dans un grand motel formé de « cellules monastiques » avec toilette à l’étage. Accueil très sympa et ambiance jeune : alors que je lui demande où je peux trouver un bidon pour augmenter ma réserve d’essence, le patron me passe le sien, plein, et accepte que je ne le lui ramène que dans 5 jours à notre retour d’Inuvik !

30/07 Dawson City – Qq part sur la Damster Higway (497 km Tot 7500 km TTC 15996 km)

Enfin nous voici sur cette mythique Damster et avec un temps magnifique et chaud ! Elle emprunte tout d’abord une large vallée glacière au milieu de hautes montagnes puis elle saute de colline en colline nous offrant de magnifiques panoramas pour ensuite traverser un immense plateau venté où se trouve Eagle Plains, à mi-chemin entre Dawson et Inuvik.




Mauvaise surprise au kilomètre 222, je crève avec la roue à cross montée pour l’occasion. Changement on repart et on fait réparer à Eagle Plains.







Etape dans un campground au milieu de nulle part ; feu de bois et petit vent nous protège un peu des moustiques. Un oiseau et un petit lapin curieux viennent nous observer à quelques mètres à peine ! Pas de nuit à cette latitude, à minuit il fait encore grand jour mais on décide quand même de se coucher !






31/07 Qq Part sur la Damster Higway – Inuvik (298 km Tot 7798 km TTC 16294 km)


Cette deuxième partie de la Damster est moins intéressante : longues lignes droites au milieu d’une végétation de buissons bas dans une vaste plaine mais très beau temps et… pas de crevaison !



Passage du cercle arctique. Température à Inuvik à 15h : 23°C !


Hébergement dans une « cabine », sorte de petit chalet.





Bilan : un peu déçu par cette voie qui m’a tant fait rêver ; Je m’attendais à des paysages plus sauvage, plus froid mais pas un névé sur les montagnes ; reste quand même que Inuvik est la ville la plus au Nord du Canada ! Reste plus qu’à faire demi tour !



Même les camions qu'on nous avait prévenu comme étant dangereux se sont montrés respectueux de notre fragilité !

 



Découverte d’une spécialité locale ; la poutine chili au renne : des frites sur lesquelles vous rajoutez un chili à base de renne et vous saupoudrez de gorgonzola !







 01/08 Inuvik – Qq part sur la Dempster Highway (713 km Tot 8511 km TTC 17007 km) Petit tour à Inuvik, ville d’autochtones (amérindiens et inuits) installés hors de leur culture dans des maisons toutes identiques bien alignées le long de rues droites se coupant à angle droit, cliché bien triste de ville sans âme ; seul changement le style de maison selon les quartiers et sans doute le niveau de vie.



Après une tentative infructueuse de continuer jusqu’à Tuktuyaktuk par la route en construction qu’une barrière et un garde nous interdit, nous prenons la route du retour par la Dempster, la seule route possible. Mais cette fois, la Dempster a décidé de se montrer à la hauteur de sa réputation : d’abord un fort vent de face ou de travers, puis de belles averses transforment la piste en bourbiers glissants et nos motos !!!
Mais comme pour se faire pardonner, elle nous gratifie en fin de journée d’un retour du beau temps pour un superbe coucher de soleil sur les montagnes, magique! Nous faisons étape dans un campground, pour rester encore une nuit avec elle !

02/08 Qq part sur la Dempster Highway – Dawson City (125 km Tot 8636 km TTC 17132 TTC) Nous quittons la Dempster pour regagner Dawson et
notre sympathique hôtel le Bunkhouse qui met à disposition des motards un lavojet pour nettoyer leur moto. Nous y passerons quelques heures avant que nos montures ne retrouvent leur couleur d’origine !! L’ambiance sympathique de la ville nous incite à y prendre une journée de repos.



03/08 Journée de repos mise à profit pour visiter la ville et ses alentours. Dawson City a su garder son image de ville de chercheurs d’or.
Les bâtiments modernes sont construits dans le respect des anciens dont certains ont été conservés et transformés en musée ou monuments historiques bien qu’ils ne datent, pour les plus anciens que de 1901, rues larges se coupant à angle droit.

 Le chauffage du bâtiment a provoqué le dégel du permafrost ce qui a entrainé l'enfoncement de cette église de 1901, début de Dawson City






Visite du musée des populations natives qui explique bien comment les « blancs » au nom de la religion ont exploité, assimilé, déplacé, etc les premiers habitants pour les faire rentrer dans le moule de la civilisation ; une certaine rancoeur subsiste malgré les « bienfaits » de la civilisation !


C'est pour envoyer un télégramme à mes ami(e)s !
Musée de Dawson City qui retrace l’évolution de la ville depuis la ruée vers l’or : la version « blanche » de la précédente histoire !


Visite passionnante de la plus grosse drague à gravier aurifère à coque en bois en Amérique du Nord, impressionnante ! Traitement de 1088 t de gravier à l’heure, 24 h sur 24, pendant 240 jours ; chaque godet pesant 2100 kg pouvait arracher au sol 813 kg à chaque passage et tout cela par câbles et moteur électrique. Elle cessa de fonctionner en 1953 lorsque le barrage qui l’alimentait en électricité céda et la détruisit en partie en la remplissant de boue.



Et pour finir cette ruée vers l'ouest en beauté, un petit tour au cabaret de Dawson, façon Far Ouest !

 Demain nous passons en Alaska et dans un nouvel article "Alaska" Cap au sud !

Commentaires

  1. Merci.Continuez nous faire voyager.C'est un régal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Franck pour ton soutien. Cela me motive pour continuer !

      Supprimer
  2. Que c'est bon de vous lire , de vous voir(un peu) et de rêver sur les paysages.

    RépondreSupprimer
  3. Un petit coucou de Saint Malo.......d'où partit Jacques Cartier d'où notre interet pour le Canada. Nous le découvrons grace à vous. Bises

    RépondreSupprimer
  4. Salut.Vu vos tenues ...il ne semble pas faire "spécialement" chaud.Continuez,c'est magique...pour nous aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Bon enfin ! Monsieur GOOGLE accepte mes commentaires !!!
    Donc Bonne continuation mon cher Christian :)

    RépondreSupprimer
  6. Je me pose une question...sur une des dernière photos:vous êtes fâchés tous les 2 ...que vous vous arrêtez aussi loin l'un de l'autre!Je plaisante.Continuez+merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben non, c'est que le Ural freine moins fort que le Ducati !!!

      Supprimer
  7. J'avais mis un message ce matin sur le blog...disparu!Pas grave.Vous savez..les 2,continuez c'est trop bon pour nous.Vous avez les images et les textes...j’espère que vous allez nous sortir une version papier avant de repartir...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Saison 2 : Mexique

Alaska

Saison 2 : USA