Prologue

PROLOGUE

 Avant toute grande épreuve, il faut un prologue pour tester les machines et l'équipe,
c'est donc vers les pistes du Maroc, une fois de plus, que se tournent nos pneus !


Présentation 

Les pilotes

De gauche à droite Patrick, Michel, Christian et François


Les machines
De g à d: Ducati Multistrada 1100 + side Choda, Cagiva Elephant, Ural, Ducati
Deux Ducati Multistrada 1100 attelées par Choda sur un cahier des charges bien précis: roue de camionnette, garde au sol importante, volume de rangement conséquent en prévision d'étapes autonomes. Elles répondent au doux nom de Moultipass, la blanche, et Moultipat, la rouge.
Le Ural équipé d'amortisseur Shock Factory plus souple que les origines, d'un échappement 2 en  1 réalisé par Sam Gache (non encore installé pour ce périple), carter 3l, protège-carter, thermomètre d'huile. Lui est renommé Mondovich (fils du monde).

Les passagères
Il n'y en avait qu'une de disponible pour ce prologue: ma femme Elisabeth.

 Prologue partie 1 : l'Andalousie

Ayant plus de temps, les retraités en Ural parte par la route via l'Espagne pour visiter l'Andalousie. 1400 km en 3 étapes par les autovia, sorte d'autoroute gratuite à la vitesse limitée à 100 km, largement suffisante pour le Ural !
Palais nasride

 
Grenade : Visite de l'incontournable Alhambra, acropole médiévale "la plus majestueuse du monde méditerranée". Elle est composée de quatre parties: l'Alcazaba, les palais nasrides, le palais de Charles Quint et les jardins du Généralife.











Puis nous déambulons dans les étroites ruelles du quartier Albacin (petit artisanat de bijoux, musique, danse flamenco). Certaines ruelles sont de véritables souks. Point culminant à l'église St Nicolas qui surplombe le quartier et fait face à l'Alhambra.


Cordoue
Belle route au milieu de champs d'oliviers puis de céréales.


Cordoue est célèbre par sa grande mosquée, la Mezquita, joyau architectural avec son immense salle de 856 colonnes surmontées de doubles arcs avec au milieu la cathédrale, ensemble très original de mélange de deux religions. D'autant plus que ce monument est situé au centre du quartier juif avec ses étroites ruelles un peu trop encombrées, à notre goût, de "boutiques à touristes".



Séville : Une grande ville avec de belles demeures, une cathédrale gigantesque comme la place d'Espana et son bâtiment en demi cercle conçu en 1929 par Aníbal González à coté du parc Santa Luisa.

Les villages blancs: notre coup de cœur en Andalousie. Arcos de la Frontera, Prado del Rey, Zahara de la Sierra, Grazelma, Ubrique, Genalguacil, Ronda, un ensemble de petits villages aux maisons blanches à flanc de collines ou à leur sommet, au fond d'une vallée où on a pris le temps de flâner.
Genalguacil
Arcos de la Frontera
Mention spéciale pour Genalguacil, petit village 500 habitants, qui organise tous les deux ans un rassemblement d'artistes qui se doivent de laisser en partant une de leurs œuvres réalisée pendant la semaine. Ainsi, en parcourant les ruelles, on peut admirer ses souvenirs de leur passage accompagnés d'une plaque explicative.

Algéciras : nuit imprévue à Algéciras car le port est fermé pour cause de très mauvais temps. Nous effectuerons une  traversée très mouvementée vers le Maroc le lendemain.

Prologue Partie  2 : le Maroc

Tanger Med, Tétouan, Chefchaouen, Meknes El Adgeb, Azrou Belle route, beau revêtement, beaux virages, un régal. On retrouve le Maroc : ses odeurs, ses maisons à toit plat… La région est très verte : prairies et champs de céréales. Les oueds sont plein d'eau. Nous retrouvons toute l'équipe au camping Amazigh.

Azrou – Ouzoud :Jolie petite route par Ain Leuh, étroite, mal goudronnée mais paysages magnifiques : Variation de forêts, de reg, de terre rouge ; nombreux troupeaux de moutons. A Khémis des Oulad Ayad, on prend la petite route par Ait Atab qui traverse la très belle gorge de Ouzoud el Abib avant d'arriver à Ouzoud célèbre pour ses cascades.


Ouzoud Telouet : La route traverse des champs d'oliviers et autres jusqu'à Demnate puis elle grimpe dans l'Atlas que nous mettons la journée à traverser par une piste roulante mais étroite. Coté nord c'est un paysage de type Alpes de Provence puis après un premier col à 2150 m d'altitude, elle ondule de plateaux en vallées en passant par des cols, dont le plus élevé est à 2550 m. Paysage désertique, quelques rares villages pauvres. Après un dernier col, on redescend dans une vaste plaine désertique de pierres à perte de vue. Ouarzazat est toujours la cité du cinéma avec ses vastes studios, de larges avenues bien éclairées, beaux immeubles. Nous quittons la route de Marrakech pour remonter sur Telouet en passant par Ait Benadou.
Soirée animée à Telouet !
 Telouet - Agioum - Askaoum - Taliouine
Paysage de montagnes désertiques surmontées par les sommets enneigés, magnifique. Quelques pauvres villages de pisé. Nous longeons une vallée étroite. Chaque lopin de terre végétale est verdoyant de cultures diverses. Nous empruntons ensuite une route très belle et toute neuve qui remonte par une forte pente jusqu'à Askaoun, 1900 m. Pas un arbre, pas une herbe mais des villages et quelques moutons « mangeurs de pierres ». Puis après un dernier col, la route surplombe dans une vue magnifique la vallée et les monts de l'Anti-Atlas Elle redescend tout aussi abruptement jusque dans la plaine et Taliouine, 900 m. Hébergement à l'Escale Rando sur la route de Ouarzazat, un magnifique ksar en partie restauré.

Escale Rando, Taliouine

Taliouine -  Foum Zguid : Jusqu'à Tazenacht, on roule sur un plateau à 1000m en moyenne dans un paysage désertique bordé de montagnes au loin. Quelques espaces un peu vert. Après Tazenacht, la route descend dans un lit d'oued et elle est très abîmée par endroit chaque fois qu'elle traverse l'oued. Paysage magnifique. Par endroit l'oued se resserre entre des murailles au dessein tectonique très marqués. Tazenacht est une belle ville avec une très large avenue. A Foum Zguid, nous nous arrêtons à l'auberge Oasis, sympa.
 

Sur le "lac" Iriki

Foum Zguid – Mahmid : Journée galère ! Nous choisissons la piste du nord sans sable. Ce sera 195 km de route dont 150 de piste caillouteuse et cassante. Les deux Ducat casseront leur biellette de suspension arrière. Bricolage avec une rotule récupérée sur un renfort de porte bagage du side pour l'un et avec la rallonge du cric pour l'autre ! Ca tient mais le side a perdu une bonne partie de sa garde au sol : la galère commence avec des traces creusées où le pauvre Moultipass frotte à qui mieux mieux. Un peu plus loin dans un passage sableux, les deux ducat s'ensablent alors que le Ural, en deux roues motrices passe royal, enfin presque mais sans aide ! Les km de cailloux défilent lentement à l'exception de la traversée du Lac Iriki asséché mais à la surface lisse et dure où on peut rouler vite. On retrouve la piste, caillouteuse à souhait, où on roule difficilement à plus de 15 km/h. A cette allure, Moultipass se met à chauffer, plus de 140°C. Prudent, on s'arrête pour laisser refroidir. Bonjour la moyenne ! Le Ural tourne à 80 °C environ.
A 110 km, nouvel ensablement des deux Ducat sur un passage d'une cinquantaine de mètres dans un oued. Le Ural se plante aussi, n'ayant pas eu le réflexe d’enclencher les deux roues
mais s'en sort sans difficulté une fois en deux roues.
Heureusement le paysage est magnifique : reg aux roches noires. Les km s'ajoutent au rythme des pauses refroidissement et nous ne voyons toujours pas le bout de cette piste alors que la nuit commence à tomber. Nous finirons finalement par 20 km de nuit jusqu'à retrouver le goudron à Tagounit. Encore une trentaine de km pour arriver, épuisés, à l'auberge la Palmeraie à Mhamid peu avant 21h. 12h de piste épuisante et désagréable mais sans sable ou presque : C'est l'aventure du désert ! Le repas, poulet riz aux légumes sera apprécié de tous après cette journée éprouvante et la nuit sera bonne pour tout le monde malgré le rustique de l'endroit au demeurant fort joli.

Mhamid - Zagora - Tazzarine : Belle route goudronnée dans de magnifiques paysages, superbe vue en traversant un massif montagneux sur la vallée du Draa. Puis la route emprunte le lit large limité par deux falaises impressionnantes espacées de plusieurs km. 
Zagora : ville de plus en plus grande, propre. Quel changement depuis 1978 ! Puis la route s'engage dans le massif du Sagho, plateau toujours aussi désertique en dehors de quelques arbres rachitiques et maigres buissons mais en cours de développement agricole ; nombreux puits remplissant par pompe des bassins d'irrigation : A revoir dans quelques années ! Arrivée au camping Amasttout situé dans un joli coin de la palmeraie.




Tazzarine – Merzouga : Départ par un beau soleil mais un temps très frais nous fait ressortir les gants chauds. Vent d'ouest. La route, en bon état, parcours un plateau… désertique de cailloux noirs bordé au loin de montagnes. Arrivé à Merzouga magique avec les dunes de l'erg Chébi !
 
Merzouga - Merdani - Merzouga :Virée à Merdani, petit village abandonné où Youssef retape une maison en pisé avec les moyens du bord dont des bouteilles remplies de sable pour briques ! Il nous y

attend pour nous faire déguster de superbes
pizzas berbères, sorte de pizzas Calzone avec de la pâte à pain fourrée de viande, œuf, légumes, etc. Très bon mais un peu bourratif ! Pour y aller on doit remonter un oued asséché ensablé. Moultipass (en 2 ou 3) et l'Ural (2 roues motrices, à fond de 1, pas essayé la 2, conso 9l/100 !) s'en sortent plutôt bien ! Retour par la mine de barytine par une piste dure et traversé de l'oued, toujours sans problème.

 
Gorge du Ziz
Merzouga – Azrou : Il faut songer au retour ! Traversé d'Er Rachidia, belle ville en plein développement : nombreux bâtiments en construction, belle avenue, particulièrement celle de la sortie en construction : 2x2 voies, bordées de palmiers. De même à Midelt. Entre les deux, la route emprunte la magnifique gorge du Ziz. Puis la route monte dans l'anti-Atlas, plateaux toujours aussi désertiques, col de Taghaumt 1907 m. Passage à la source bleu de Meski peu avant Midelt : Eau transparente peuplée de truite, oasis de fraîcheur mais entrée payante. Après Midelt, la route monte dans l'Atlas et franchit le col du Zad. Elle redescend pour de nouveau remonter dans le Moyen Atlas. On retrouve enfin un peu de verdure, prairie et forêt de chênes. Quelques restes de neige avant de redescendre sur Azrou. On retrouve la fraîcheur ! Arrivé au camping Amazig.

Azrou Tanger : On reprend la route de l'aller. Plaines et vallons de verdure, champs de céréales, pâturages où paissent moutons gras et quelques vaches, forêt de chênes lièges, repos pour les yeux ! Temps frais mais très beau. Petit crochet par Chefchaouen, la ville bleu, qui se développe de plus en plus, mais le village ancien est toujours aussi beau avec ses couleurs : blanc et bleu. Arrivée au port vers 19 h pour un départ à 23 h, passage administratif, nombreux contrôles (présence de beaucoup de « candidats » au passage en Europe). On embarque finalement vers 22h30 pour un départ à 0h30. Nuit douce, petit vent frais, mer calme. Au loin les lumières du Maroc s'éloignent, séquence émotion puis dodo.

Bilan positif ! L'équipe est validée, la suspension arrière des Ducat est à modifier, quelques boulons sur le Ural à resserrer ainsi que le 2 en 1 à installer et nous serons prêts pour le grand départ !

A SUIVRE !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Saison 2 : Mexique

Alaska

Saison 2 : USA